Yunnan

Publié le par Odile

Notre projet initial en Chine etait de parcourir les regions tibetaines de la Chine (Yunnan, Sichuan, Gansu et Qinghai) en longeant la partie ouest du Tibet proprement dit. Mais de nombreux cyclos croises au cours de notre voyage nous ont dit que le Tibet est une region magnifique : les cols, l’altitude et les check-points du BSP (bureau de la securite publique) rendent la route difficile mais elle reste l’un de leurs meilleurs souvenirs.

Un peu naifs, utopistes et surtout ignorants l'etroitesse de l'ouverture d'esprit des autorites chinoises, nous voila a rever en train de pedaler dans les paturages a yaks, a 4000m avec le Potala en point de mire. Nous pensions meme : "L'annee des JO, ils ne peuvent qu'assouplir les conditions d'entree au Tibet !"

A Vientiane, le 15 mars, devant les infos de TV5 Monde (chaine TV francophone), nous avons pris notre premiere douche froide!
Mais l'idee avait fait son chemin dans nos tetes (de mule!) et chaque fois que nous le pouvions, nous cherchions des infos sur les possibilites d'acces dans le Tibet et les regions tibetaines. Le 1er mai, peut etre, la reouverture aux etrangers...

Arrives a Kunming en bus, nous avons cherche en faisant quelques tours et detours autour de la mauvaise adresse du VRAI magasin de VTT de la ville (XIONG Brother) et nous l'avons trouve! Ouf car sur la jante de la roue arriere du velo d'Odile, un rivet de rayon etait pret a lacher... la double paroie de la jante a limite les degats mais il etait temps de changer de roue (faute de ne pourvoir changer que la jante).


Nous avons pu trouver une roue du meme type dans ce magasin tres bien achalande qui ferait rever plus d'un VTTiste tant par la qualite des velos vendus que par les prix pratiques! Olivier en a donc profite pour s'offrir une selle toute neuve et confortable!

Ayant deja teste "l’autoroute a velo" en Thailande , nous avons prefere le bus pour rejoindre Dali.

Les trois pagodes de Dali

De la, nous avons enfin fait nos premiers tours de roues, pour aller jusqu’a Lijiang. Les paysages que nous ont traverses entre 2000 et 2400m d’altitude, sont une mosaique de verts et de jaunes faite par les cultures de cereales et de legumes qui bordent les routes jusqu’a perte de vue.

L’activite dans les champs est tres intense mais toujours manuelle.




Dali et Lijiang sont 2 villes tres touristiques du Yunnan. Dans l’une, comme dans l’autre, la vieille ville est tres bien restauree et c’est tres agreable de s’y ballader


pour decouvrir des artistes en calligraphie....


La ville moderne de Lijiang


De Lijiang, nous avons suivi la route touristique menant aux gorges du saut du Tigre via Daju. Touristique et payante ! Mais ca, nous ne l’avons su qu’une fois devant le peage et a 20 km de Lijiang donc sans grande envie de faire 1/2 tour! 160 yuans soit 16 euros (enorme pour la Chine, cela equivaut a 2 nuits d’hotel) uniquement pour avoir le droit de rouler sur cette route!

Cette fameuse route est au depart une 2 x 2 voies superbe, puis une 1 x 2 voies correcte et enfin une seule voie pavee …. si grossierement que nous avions la pulpe bien decollee!!

Mais elle nous a permis de rouler dans des paysages grandioses de forets de pins avec en toile de fond les sommets enneiges du massif du Dragon du Jade en passant plusieurs cols a 3000 m.

Une petite surprise nous attendait arrives a Daju. La carte du Lonely Planet specifie qu’il y a un ferry pour traverser le Yantse (fleuve coulant dans les gorges du Tigre). Nos autres cartes, rien ! certaines, meme pas la route menant a Daju ! Il y a bien un ferry…

mais au fond de la gorge, 200 m de denivele en contre bas, accessible par un petit sentier bien raide.

A la descente, a pied, a cote du velo, les freins serres a bloc, c’etait deja du sport! Mais la montee de l’autre cote, Olivier avec ses 35kg de charge et Odile ses 20 kg, sans compter les velos, quelques gouttes de sueurs ont perle! Olivier a du faire 2 voyages.

Qu'est ce que c'est agreable de pedaler!


Nous avons fait la belle rando a pied de 2 jours longeant les gorges du saut du Tigre. Pourquoi ce nom ? Car un tigre aurait, selon la legende, reussit a traverser le Yantse d’un seul bond!

















En 3 jours, nous avons rejoint Zhongdian (nouvel appellation Shangri La) au debut en traversant les villages Naxi (en bois et pierre) toujours entoures de superbes cultures en terrasses.

A Bai Shui Tai, meme les chutes d’eau sont en terrasse…















une belle curiosite naturelle !

 

Puis au fur et a mesure que l’altitude des cols que nous franchissons s’elevent (jusqu’a 3500 m), le paysage change. Les cultures disparaissent, la vegetation devient plus alpine. Et oui, ici a 3000m on trouve enfin les sapins, les epiceas, les melezes etc..! Nous arrivons dans les premiers paysages et villages tibetains!



Une sympathique rencontre...

Le monastere de Zhongdian, tres beau de l'exterieur mais dont l'ambiance est tres decevante... tres touristiquement chinoise!


A Zhongdian, bien que l’unique moyen de se rechauffer soit la douche (9 degres dans la chambre d’hotel au reveil : glagla! Pas de chauffage et vive les couvertures chauffantes!), nous avons pris notre seconde douche froide …. La date de reouverture des regions tibetaines annoncee officiellement pour le 1er mai par les autorites chinoises est repoussee a … surement apres les JO!

Les nerfs en boule contre le pouvoir chinois et le CIO ayant choisi ce pays pour accueillir une manifestation censee unir les peuples, le moral dans les chaussettes pour la suite de notre voyage mais aussi pour le sort des tibetains, nous avons du mal a reagir!


Les acces a l’ouest du Sichuan et au Tibet etant fermes (de sources officielle et officieuse), nous sommes dans un cul de sac! Il faut faire 1/2 tour. Abandonner notre reve de traverser le Tibet au moins jusqu’a Lhassa. Abandonner notre projet initial de traverser les regions tibetaines. Replanifier, tracer un nouvel itineraire, ... on etudie
les cartes et le guide.


Mais c’est pas facile d’interrompre ce trace si longtemps imagine et reve ! Olivier ne peut s’y resoudre. Apres quelques discussions tres argumentees, nous prenons la decision de quand meme essayer d’entrer a l’ouest du Sichuan. Nous choisissons l’itineraire qui en cas de blocage nous faire faire le plus petit 1/2 tour. Nous partons donc en direction de Derong au Sichuan.

Au sud de Derong, un pont enjambant le Yantse marque la frontiere entre le Yunnan et le Sichuan. Au pont, un ckeck-point desaffecte! Personne. La route du Sichuan est libre. Nous sommes contents mais nous ne crions pas victoire pour autant car nous pensons que le barrage militaire est plutot a l’entree de la ville de Derong a 60 km de la. Mais non, il est dans le 1er village que nous traversons, a 12 km du pont! Gentillement mais fermement, apres avoir releve nos identites, les militaires en faction nous ordonnent de faire 1/2 tour!

Donc 1/2 tour, adieu reve et trace!

Nous poursuivons notre route jusqu’a Deqin via le Yak La 4210m! (col du Yak)

Depart a 2000m d’altitude, 75 km d’ascension, 2800 m de denivelee en cumule, un bivouac dans la montee, des paves a partir de 3400m d’altitude, du 6 ou 7 km/h de moyenne, quelques faux cols qui font esperer l’arrivee, mais heureux et calmes au sommet!



Avec une vue …


A Deqin, nous passons une soiree avec 3 jeunes suisses (voir lien), tres sympas et marrants. Nous les avions deja croises a Bai Shui Tai. Leur projet est de suivre le Mekong jusqu’au Cambodge. Et comme ils en avaient assez des transports en commun, ils ont achete des velos a Zhongdian pour poursuivre leur voyage. Ils n’ont ni materiel de reparation (pas meme une rustine!), ni carte, ni meme de freins sur leur velo! Mais beaucoup d’enthousiasme et de bonne humeur… on leur souhaite que ca dure! Pas fous, ils ont passer le Yak La en bus!


De Deqin, plus d’autre solution que de repartir vers le sud. Nous projetons de retourner a Lijiang a velo et de la, repartir vers le nord du Sichuan en transport en commun.

La route vers le sud longe le Mekong.
Le fleuve si tranquille et large que nous avons si souvent vue au Laos et au Cambodge est ici un une enorme riviere tres tumulteuse et chargee de sable rouge.

Encore un bivouac au bord du Mekong...

Le trajet jusqu’a Lijiang nous permet de traverser une region tres rurale et agricole du Yunnan. Dans certains villages, nous nous sentons vraiment dans la Chine profonde!


Un papy a meme voulu nous donner de l’argent pour nous remercier de l’avoir pris en photo!


Les chinois nous regardent passer avec curiosite, souvent tres surpris mais nous adressent rarement un signe de la main, un ‘hello” ou “Ni hao” (bonjour) comme souvent dans les autres pays que nous avons traverses. Mais si ces petits signes viennent de nous, la glace est rompue et ils nous les rendent le sourire aux levres!

Malgre nos quelques mots de chinois (bonjour, combien ca coute?, merci et riz!) nous arrivons toujours a nous faire comprendre (tres peu parlent anglais). Et, quand nous sommes un peu perdus (achat des billets pour prendre le bus par exemple), quelqu’un vient spontanement nous aider!


Nous avons fini notre boucle jusqu’a Lijiang en bus a cause de la pluie et parce que la route n’etait plus vraiment interessante.


Et nous avons pris notre troisieme douche froide : le nord du Sichuan est lui aussi ferme aux etrangers!


Une chose est sure pour la suite de notre voyage en Chine, demain nous partons pour Chengdu… 20h de bus!

 



Publié dans Chine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ainhoa 30/04/2008 09:28

je trouve trop belle les photo.un gros bisous de la part de la famille. gros bisous de ma part

nadine 29/04/2008 11:35

le yantse n'est pas un long fleuve tranquille ... (Confucius)