La traversee fantastique...

Publié le par Odile

Immense, grandiose, superbe, sauvage, bleu, vert, blanc, desert, vente, froid, chaud, glace, poussiereux, droit, tout droit .....





....sont quelques uns des adjectifs qui pourraient definir la traversee de 700 km que nous avons faite depuis Urumqi jusqu’a Kuqa.


Pendant 12 jours, les routes 216, 218 et 217 nous ont menees au coeur des larges vallees, de la steppe, et des montagnes enneigees.


Quelques yourtes de familles d’eleveurs ou de bergers sont plantees au pied des premieres pentes.


Les troupeaux de yaks, de moutons, de chevaux et de chameaux paturent par centaines dans ces etendues herbeuses.


Les marmottes, deja bien grassouillettes, sifflent a notre passage. Les bouquetins traversant les cretes se decoupent dans le ciel. Les aigles tournoyent dans les airs a la recherche de leur proie, pendant que les vautours preferent rester au sol en attendant que l’odeur d’une charogne leur parvienne. Le renard blanc fuit a toute allure surpris par notre arrivee.

 

Les villages sont rares mais suffisants pour nous ravitailler regulierement en “Noddles” (nouilles chinoises) qui furent notre menu, midi et soir, pendant plusieurs jours.



Parfois un petit resto nous a permis de deguster un bon plat de lagmans pour le plus grand Bonheur de nos papilles et de notre estomac!


Ce sont des pates, type spaghetti, faites a la main et accompagnees la plupart du temps d’une assiette de legumes en sauce tomate.


 Et oui, rappelez-vous que sans Marco Polo, nessuna pasta in Italia*!

 

Cette partie du Xinjiang est peuplee en majorite de Kazaks et de Mongols. Leur accueil a toujours ete tres chaleureux, tres curieux de faire connaissance. Le passage d’occidentaux dans cette region semble assez rare et d’autant plus a velo avec une remorque. Lors du premier controle de police auquel nous avons eu droit, les policiers nous ont questionne sur la raison de notre presence dans leur village.


Visiter, faire du tourisme, admirer le paysage leur semblaient incomprehensibles et ils nous ont demande si nous n’étions pas envoyes par notre gouvernement! Il faut dire que leur vallee est denaturee par ….

 

Cet itineraire nous permis de franchir 3 cols a plus de 3500m ou 4000m.



Les 8 derniers kilometres du premier etaient traces en lacets dans une pente a 40 juste a cote d’un glacier. On se serait cru montant en ski de rando … aux camions pres!







Dans le dernier, nous etions seuls sur la route, coupee a la circulation a cause
de ponts emportes par la crue de la riviere


 d’un eboulement



et d’une avalanche.


Nous avons baptise ce col : le Parpaillon chinois. Sa longueur, l’etat de la route, l’enneigement tardif et la presence d’un tunnel evitant le passage par la crete nous a rappele ce beau col haut alpin!    





En redescendant du col nous nous sommes reposes au bord du lac du Dragon,


sur une aire de bivouac ideale pour admirer son eau verte dans laquelle se refletent les montagnes alentours.
 


Les activites manuelles ont occupe une partie de notre journee ...
 




A partir de la, nous avons rejoint Kuqa, une ville situee au bord du desert de Taklamakan. Le paysage  devenu tres aride et la vallee bordee de grandes falaises de gres rouge etaient superbes.




Le seul ennui dans cette vallee est que la route est en travaux sur plus de 100km. Le passage des camions est incessant, nous couvrant de poussiere…de gres rouge!


Heureusement nous avons trouve une piste (elle aussi coupee par un ebouli) qui nous a permis d'échapper a cet ”enfer”.


Durant cette traversee du Tien shan (les montagnes celestes), nous nous en sommes mis plein les yeux et les cartes memoires de l’appareil photo!


Notre hygiene corporelle etait en symbiose avec les lieux…sauvage! Dans les ruisseaux ou torrents glaces, l’ours se debarbouillait le musot et le c… d’un coup de patte dans l’eau, alors que la poule de luxe, ne pouvant dormir dans sa sueur, se gelait les miches quotidiennement! Elle a meme tente le shampoing, au risque de congeler son neurone!
L’unique douche que nous aurions pu prendre dans l’unique ville que nous avons traversee, nous a ete interdite par la Police! Nous n'avons pas voulu payer 5 fois le prix d’une chambre dans l’hotel ou la police nous obligeait de passer la nuit. Et comme par hasard le patron de l’hotel etait le grand copain du policier nous ayant arrete sur la route et ayant releve notre identite! 

Avant de prendre le train pour rejoindre Kashgar, l’employe charge d’enregistrer nos velos, nous a spontanement propose de nous conduire aux bains publics!

 


A Kashgar, nous avons retrouve Christiane qui nous a appris la catastrophe ayant eu lieu au Sichuan. Nous remercions presque les autorites chinoises de nous avoir interdit l’acces a certaines parties de cette  region !

   

 

 

A Chengdu après nos 30h de bus depuis Lijiang (pas 20 mais bien 30!) et avant les 50h de train pour rejoinder Urumqi, nous sommes alles visiter l’elevage de pandas geants qui fait la fierte de la ville.



 


Cousins lointain de l’ours, ils se nourrisseent uniquement de bambous: 20 kg par jour. Cela semble etre leur unique activite.
 


Ils sont en voie d’instinction car les forets des varietes de bambous qu’ils mangent se reduisent dangereusement. Ils semble aussi qu’ils ne soient pas tres doues pour s’accoupler et les femelles n’ont pas un instinct maternel tres developpe.



*Pas de pates en Italie!










Publié dans Chine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

ainhoa 17/06/2008 20:49

bonjour  nous tous va bienje vais faire les championa de france(avec chocapic)A plus plein de gros bisous de toute la famille.