Kashgar et la Karakorum high-way

Publié le par Odile

 Kashgar

Kashgar fut pendant des siecles une etape importante de la route de la soie. Depuis 2000 ans, le commerce est l'une des principales activites de la ville.
La population est composee de ouighours en majorite. Mais les Hans (les vrais chinois de Chine!) viennent de plus en plus nombreux habiter le grand ouest chinois qui se developpe (industriellement parlant) depuis quelques annees. Cela donne a cette ville deux visages bien distincts.
La face chinoise, morderne, ressemble a toutes les autres villes chinoises avec de larges avenues bordees d'immeubles impersonnels sur lesquels sont placardees d'immenses enseignes.
La face ouighoure, tres ancienne, est un dedale de petites ruelles bordees de mille et une petites echoppes dont les marchandises sont etalees sont le trottoir. Les maisons sont faites en terre (pise) et en bois. Une petite porte donne acces a une petite cour interieure autour de laquelle s'organise la maison. Les rues, etroites, sont parfois semi-couvertes et restent donc fraiches. La ville est en fait une oasis aux portes du desert de Taklamakan et, actuellement, il commence a y faire tres chaud. 
Les ateliers des artisans font quelques metres carres et sont ouverts sur la rue. Certains travaillent meme directement sur le trottoir.
Les ouighours sont musulmans mais tres moderes. Ils boivent volontiers une biere pour accompagner les brochettes de mouton grillant sur les barbecues installes sur le trottoir devant les petits restaurants tres populaires, bons et sympathiques.
Quelques femmes ont le visage completement recouvert d'une sorte de chale marron (serpilliere ?!). Pas evident pour elles de traverser la route, de choisir des legumes ou  de discuter avec une amie !! 
L'ambiance dans les rues et l'habillement de la population ( le port du chapeau, le costume pour les hommes par exemple) nous ont fait penser aux annees 50 en France. Bien sur nous n'y etions pas et pour nous ce ne sont que des images en noir et blanc , mais Christiane, qui a bien connu cette epoque, nous confirme cette impression !!
Les enfants jouent a la marelle, a l'elastique ... bref c'est vivant, chaleureux, agreable d'y flaner et ca nous a plu !

Le marche aux epices, comme souvent en Orient.
Mais difficile pour nous de les identifier ou de savoir comment les utiliser. Certaines nous sont completement inconnues. Beaucoup sont utilisees pour la medecine traditionnelle ou chinoise.


Les cereales, les pois, les graines sont vendus en vrac.

Des pigments naturels (ou presque!)

Les fruits secs, super carburant pour pedaler ....

.... associes aux bons petits pains au sesame,
Ici en pleine cuisson dans un four cyclindrique vertical.


Les grosses galettes aux oignons sont elles aussi ideales pour le pique-nique! 


Les artisans de Kashgar:

Les tourneurs sur bois fabriquent en serie mais manuellement des balustres ou des pieces servant de decoration sur les portes.


Les luthiers travaillent en equipe pour la creation des instruments traditionnels ouighours.

Chez Casto, y a tout ce qui faut,... ici il ne manque que l'enseigne!

LE marche aux bestiaux de Kashgar, internationnalement connu, apres Beaucroissant!!!
Chaque dimanche, vous pouvez venir acheter ou vendre vaches, chevaux, moutons, anes, chevres et tout le matos qui va avec. C'est typique, c'est rural...comme dirait Jeanne, c'est poussiereux, ca pique les yeux, ca grouille mais c'est a voir.

Preparation psychologique a finir en brochettes

Pas cher mon ane et avec j'te donne la charette avec les 2 roues en 8!

Toutes ces negociations donnent faim et le mouton peut aussi finir bouilli dans le wok version XXL.

Le grand bazar du dimanche entoure des grandes avenues 2 fois 2 voies ou traverser  releve de l'exploit!

La mosquee, fraichement renovee.



La Karakorum high-way
Construite pour faciliter les echanges commerciaux entre la Chine et le Pakistan, la Karakorum high-way relie Kashgar a Islamabad. Elle traverse le Pamir et le massif du Karakorum par des cols a plus de 4000m .
Initialement nous avions prevu de la suivre dans sa totalite mais l'actualite pakistanaise du debut d'annee, nous a pousse, pour notre securite, a abandonner l'idee. Nous l'avons parcourue sur 300 km, jusqu'a Tashkorgan en aller-retour.
Les cyclos, partis pour un vrai du monde, la qualifient comme l'une des plus belles routes du monde. Pour ce qu'on connait, nous sommes d'accord.

Fini le desert, l'entree des gorges avant les 2500m de grimpette.

On fait la course ??

Les 7000 se devoilent.

Les gorges de Gaz


Au fur et a mesure que l'on remonte les gorges les paysages, les couleurs et la temperature changent.

Ambiance aride avec quelques oasis au bord des rivieres ou se concentrent les habitations.



On se rapproche. Et c'est pas le zoom!

Sortis des gorges et arrives a 3200m, une surprise : des dunes!
C'est en fait le vent qui souleve le sable du bord de la riviere et le depose sur les pentes des sommets alentours.

Le Mustagh Ata (7554m) sort des nuages apres s'y etre cache pendant 24h. C'etait surement pour ne pas nous donner trop envie de le gravir a ski.


Une pose the au lait sale et kirghize nam (pain) dans un village lors de notre ballade a pied autour du lac de Karakol avec Christiane. 
Ici la population est essentiellement kirghize.


Les yaks en semi-liberte broutent dans le pamir. Pamir signifie alpage.

La yourte de Laure Manodou ... plateau de tournage de la pub de EDF avec Laure partie de Mulhouse a la nage pour rejoindre Beijing. A voir a la TV au mois de juin. 

Mustagh Ata again...


En route pour Tashkorgan. Sur le plateau entre 3000 et 4000m, il ne fait pas toujours tres chaud meme s'il fait beau: on est habille comme en hiver au ski.


Le massif du Kunlum, voisin du Mustagh Ata, et culminant a 7700m.


Le restau providenciel et facile a identifier apres qu'on nous l'ait indique 3 fois! Mais tres bons lagmans meme si la patronne n'avait pas trop envie de nous les preparer.

Tashkorgan, celebre pour sa place aux billards en pente avec boules tonchees.

Cette region, frontiere avec le Pakistan, l'Afghanistan et le Tadjikistan, est peuplee essentiellemnent de Tadjiques, dont les femmes portent la coiffe traditionnelle.


Deux touristes du Champagnistan en Vanoise.

Pour le retour vers Kashgar, nous ne voulions pas reprendre la meme route. En etudiant la carte nous avons trouve une petite route traversant le massif qui nous permettait de rentrer en faisant une boucle autour du Mustagh Ata. Nous avons donc quitte la high-way pour nous enfoncer dans une superbe vallee encaissee.






Apres cette sympathique rencontre avec ces femmes, nous avons butte sur une barriere gardee par un policier. Passeports! Direction la police-station du village et 1/2 tour impose ... apres 80 km ! La raison officielle est que la route est coupee par un eboulis. Mais tout le monde nous avait dit que nous pouvions passer!
La vraie raison : les autorites chinoises stressees a mort par les JO veulent controler tous les deplacements des etrangers et ne pas les voir sortir des axes principaux. Les barrieres ont donc pousse comme les champignons depuis un mois nous mettant des batons dans les roues pour choisir nos itineraires.

Retour donc par la Karakorum high-way mais avec le beau temps, ce qui change tout. 

Meme Cali chausserait bien les skis pour aller au sommet!

On vous a bien dit que la route est belle ....

Mustagh Ata for ever!

Reflet dans le lac karakol

Encore une aire de bivouac pourrie...





Preparation des "kirghizes nams" dans le four sur lequel les 4 boulangeres sont perchees.





De retour a Kashgar, nous programmons la suite du voyage autour d'une petite biere!

Nous abandonnons le velo une dizaine de jours pour decouvrir le grand desert de Taklamakan avec Christiane en bus. Nous renterons en Kirghizie en passant par le Kazakhstan. Nous esperons obtenir le visa a Urumqi et pouvoir enfin pedaler ou bon nous semble.

Publié dans Chine

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Cricri 02/06/2008 19:03

OUH mais y a ti pas deja un avant gout de la Kirghizie ! En encore plus grandiose il me semble, une nouvelle destination à rajouter sur l'agenda des années à venir! plein de biz biz Christine

CHABAS Agnès 02/06/2008 14:15

Je ne trouve plus de mots pour qualifier ces images commentées qui nous parviennent!Je n'aime ni le vélo ni la montagne...sauf parfois quelques "instants"!!!...Mais là, ces lieux sauvages et grandioses me font baver d'envie!Quelle beauté!Il va vous falloir du courage pour revenir vivre dans nos contrées si civilisées!!!Je vous embrasse fort tous les trois et je vais envoyer ce compte rendu à la Chirouze où pap et mam  coulent des jours pluvieux mais heureux dans leur paradis, Bises, AGNES

Les Bourguis 02/06/2008 13:27

Photos magnifiques, textes et commentaires très agréables à lire; bravo les petits loups, c'est un pur bonheur de lire votre blog. A quand le prochain article ???On vous embrasse bien fort, bizzzzzzzzzz